Formation : les enseignants du primaire outillés en grammaire française  

Formation : les enseignants du primaire outillés en grammaire française

 

Un séminaire de renforcement des capacités en la matière a été organisé, le week-end dernier à Pointe-Noire, à l’intention des enseignants des établissements publics et privés.

Le chef de la circonscription de l’enseignement primaire de l’arrondissement 1, Émery Patrice Lumumba, l’inspecteur Jean Marie Loemba, a organisé le week-end dernier un séminaire de renforcement des capacités sur les notions de base de la grammaire française à l’intention des enseignants des écoles primaires publiques et privées.

La formation a été initiée par le chef de la circonscription de l’enseignement primaire de l’arrondissement 1, Émery- Patrice-Lumumba, l’inspecteur Jean-Marie Loemba. Intervenue six semaines après la rentrée scolaire, elle a été un grand moment d’échange pour les enseignants. « Nous avons fait une identification du besoin et nous nous sommes rendu compte que les jeunes enseignants d’aujourd’hui ont des difficultés dans la langue française. Pourtant, nous savons que le français à l’école primaire  est le fondement. On ne peut pas faire les mathématiques et quoi que ce soit  sans le français. Partant de ce constat, nous étions obligés d’organiser ce séminaire sur les accords grammaticaux en français. Nous avons formé tous les enseignants des secteurs public et privé pendant deux jours. C’est vrai qu’on n’a pas tout donné mais nous avons essayé de faire l’essentiel », a souligné l’inspecteur.

Plus de 200 enseignants du primaire de la circonscription de Lumumba ont participé à cet atelier à travers plusieurs sous-thèmes, entre autres, la définition des concepts, les accords des adjectifs déterminatifs, qualificatifs, composés, les adjectifs de couleur et les cas particuliers. « En un jour, on ne pouvait pas développer tous les thèmes prévus. C’est ainsi que le deuxième jour, nous avons vu les accords du participe passé employé sans auxiliaire, avec les auxiliaires avoir et être et les autres verbes d’état, ainsi que l’accord du participe passé avec les verbes pronominaux… », a-t-il ajouté.

En effet, pour s’assurer de la mise en application de ces enseignements, Jean Marie Loemba a promis de faire le suivi de cette action sur le terrain. «Nous avons certes donné l’essentiel mais nous serons obligés de descendre de temps en temps faire l’encadrement sur le terrain et vérifier si nos objectifs sont atteintsC’était très important, les enseignants ont déclaré que ce séminaire avait sa raison d’être. Car même nous, organisateurs, avons appris beaucoup de choses à travers leurs différentes interventions. Et nous avons trouvé notre compte », s’est réjoui l’inspecteur qui a, par ailleurs, dévoilé son planning d’activités  annuelles.

Après ce premier séminaire sur le français, l’inspection de Lumumba entend organiser des séminaires sur l’enseignement des sciences physiques au CE2, l’expression écrite au CM, la rédaction des différents rapports avec les enseignants et l’enseignement de la géométrie, notamment les mathématiques. Toutefois, a-t-il poursuivi, s’il a du temps, l’inspection va continuer à assurer la formation des enseignants.

Cependant, l’inspecteur s’est plaint du comportement des directeurs et promoteurs des écoles privées de sa circonscription qui ne font pas profiter à leurs enseignants les différentes formations que le département organise à leur profit. « Sur près de 80 enseignants attendus des 14 écoles publiques dont une conventionnée, 75 ont répondu présents contre 150 enseignants d’une cinquantaine d’écoles privées sur 110 écoles que compte la circonscription », a-t-il déploré. Mais il s’est dit satisfait de la tenue de ce séminaire avant de rappeler à ces promoteurs que les écoles privées ne sont pas des commerces qui n’attendent que l’argent.

Source: Adiac-Congo